top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurSabine Mueller

Identifiez et libérez "toutes" vos dépendances

Dernière mise à jour : 23 févr. 2023



Aujourd’hui, je souhaite parler de toutes nos addictions ou autrement dit, de nos dépendances.

Il existe un registre officiel des addictions qui liste le tabac (nicotine), l'alcool, le cannabis, les opiacés (héroïne, morphine) et d’autres addictions. Il s’agit d’addictions visible, tangible, quantifiable et donc plus ou moins facilement identifiable.

Il est facile de juger l’addiction de quelqu’un. Mais d’après mon expérience, nous portons tous des dépendances. Mais avez-vous les bien identifier ?

Pour commencer vous pouvez vous demander :


· Sans quoi est-ce que je ne pourrais pas vivre ?


Nos dépendances sont logées sur tous les niveaux imaginables : Nutritionnels, émotionnels, relationnels, comportementaux, mentaux, énergétiques ou même spirituels.

Si vous essayez de répondre à la question ci-dessus, vous allez identifier les plus visibles : par exemple votre addiction aux écrans, à la connexion aux réseaux sociaux ; à une certaine dose de sucre ; à une diète spécifique, ou à une certaine quantité de sport. Certaines de ses dépendances peuvent vous paraitre comme quelque chose de positif (le sport, des régimes alimentaires etc). Et certes, c’est mieux pour votre corps de pratiquer un sport que de boire de l’alcool. Mais au moment où vous vous sentez obligez de les exercer, vous êtes néanmoins connecté à l’énergie des dépendances.


Mais parlons maintenant de nos dépendances inconscientes que nous subissons souvent comme une victime, dans le rejet de ce qui nous appartient. Ce sont les dépendances les plus dure à reconnaître et à assumer. Quelques exemples sans approfondir :

Le besoin de me sentir victime ; le besoin de vivre des drames ; le besoin de vivre des échecs ; le besoin d’envier les autres ; le besoin de parler mal des autres ; le besoin de me sentir plus fort que les autres ; le besoin de sauver ; le besoin de me sentir moche, bête, inutile etcetera.

Il n’est pas facile de s’admettre que j’ai du mal à vivre sans une ou plusieurs de ces addictions. Ça parait masochiste. Mais finalement pas plus que de se nuire avec des substances toxiques. Je vous invite : Faites le test ! Tentez de vivre sans. Puis vérifiez si à un moment donné le besoin d’y céder devient irrésistible.


Bien que différentes dans leur nature et expression, toutes les dépendances ont une chose en commun : elles cherchent à combler un vide.

Mais un vide de quoi ? Et oui, la réponse est universelle et toujours la même – un vide d’Amour. Amour avec un grand A. Car même si j’ai manqué d’amour de mes parents, de mes proches et de mes partenaires, ce n’est finalement pas (ou plus) leur amour que je cherche à combler à travers mes dépendances, mais l’amour propre qui n’a pas pu se construire (suffisamment). Dès que je suis majeur, je peux blâmer mes parents, mon partenaire ou les autres autant que je veux pour mes problèmes - c’est maintenant ma responsabilité de m’aimer.


Pour guérir de vos dépendances je vous propose trois étapes essentielles :

  1. Identifiez & assumez vos dépendances (au moins devant vous même)

  2. Pardonnez-vous. Dites-vous que c’est OK et normal de les vivre puisque vous avez manquez d’amour dans le passé

  3. Accédez à l’Amour : Au lieu de céder à une de vos addictions - envoyez-vous de l’Amour venant de 2 sources : a/ du fond de votre cœur – b/d’une source infaillible et plus grande que vous (Dieu, la vie, la nature, l’univers, des anges... ou ce qui vous parle selon vos croyances)

Bienque tous ce qu'il vous faut pour guérir est en vous et l'amour de votre coeur est suffisant, nous avons tous parfois besoin de nous sentir aider. Faire appel à une source d’amour plus grand que nous face à nos plus grands défis, remplace un amour parental inconditionnel que nous n’avons peut-être pas reçu dans le passé. Cela peut accélérer notre guérison.


Apprenez à être un parent aimant pour vous même et comblez le vide en vous.


Sabine

63 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page