top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurSabine Mueller

Oser être Bourreau

Dernière mise à jour : 24 avr. 2023

Beaucoup d'entre vous s'intéressent à mes articles car vous êtes emphatiques et sensible à la vie qui vous traverse.

Être empathique peut nous emmener à prendre soin de nos relations, parfois trop, et de trop faire attention aux émotions de l'autre. Être empathique peut nous connecter plus facilement à l'énergie de l'aide (ou du sauveur si en excès), ou encore à l'énergie de la sensibilité (la victime/l'impuissance si en excès).

En revanche, pour une personne empathique, l'énergie de la force (ou du "bourreau" si en excès) est souvent moins accessible.

Si je contacte ma force, je peux avoir peur de passer pour un "bourreau", peur de faire mal aux autres avec mes besoins, ou avoir peur d'être percu comme méchant ou agressive.

La plupart d'entre nous sont très bien connectés à nos émotions et nos besoins.

Très souvent quand je me trouve confronté à la difficulté de m'exprimer, ce n'est pas par manque de connexion à moi-même, mais par peur de dire les choses.

Selon les profils de la Process Communication (PCM), il peut y avoir par exemple :

· la peur d'offenser et de ne pas être aimé (l'ambiance du profil empathique)

· la peur d'être rejeté par les autres (le profil imagineur)

· la peur de faire des erreurs et parraitre imparfait (le profil analyseur)

En même temps, il y a des personnes qui semblent ne jamais avoir peur de dire ce qu'ils ressentent, ni du conflit potentiel que cela peut engendrer (l'ambiance du profil persévérant et du promoteur). Comment est-ce possible ? Il s'agit-là de personnes qui sont en lien avec leur force intérieure.

Avoir un lien sain avec ma force veut dire :

  • Faire confiance en mes ressentis et mes besoins

  • Laisser émerger et circuler librement ces ressentis – à travers ma parole et mes actes.

  • Comprendre que dire ma vérité (même si cela ne plait pas toujours aux autres) contribue au bien le plus élevé de tous. Car ainsi je prends ma juste place dans mes relations. Cela me connecte à ma puissance et permet à l’autre de faire la même chose.

Aucun des critères ci-dessus parle d'une énergie de bourreau, qui est une énergie de control sur l'autre. Je deviens bourreau quand j'essaie d'obliger l'autre à faire ce que je veux, par une forme de violence verbale, physique ou psychologique.

Et je répète - la colère saine n'est pas une forme de violence ! Au contraire, c'est une énergie vitale qui me permet de poser mes limites (lire mon article "Colère sans Violence").

Mais - pour y accéder, le plus grand défi est de dépasser votre peur de devenir "bourreau".

Mon conseil pour vous : Embrassez cette énergie qui circule de toute façon déjà en vous, et en nous tous. Embrassez le fait que vous avez en vous le potentiel d'être méchant, agressif, contrôlant, injuste etc.. Aimez-vous pour cette richesse intérieure, pour votre humanité, et enlevez ainsi le pouvoir de ces mots sur vous.


Osez embrasser votre bourreau intérieur.


Exercez-vous : Contactez l’énergie de la joie et de l’enfant en vous, puis amusez-vous à dire/chanter à voix haute « Je suis méchante », « Je suis un bourreau », « Je fais ce que je veux » etc… Puis sentez que si vous n'avez plus peur de ce jugement sur vous-même, vous ne le craindriez plus de la bouche d'un autre.








154 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Hozzászólások


bottom of page